Slider

La prière ne marche pas !

 

« La prière ne marche pas, mais Dieu agit ! Faites passer la nouvelle ! »

La dernière phrase d’un article portant sur le slogan « La prière ne marche pas » m’avait sautée aux yeux. J’ai donc voulu en savoir plus. Après une étude attentive, la journaliste Debbonnaire Kovacs était arrivée à la conclusion que ce slogan disait la vérité.

Les études médicales réalisées sur la prière en faveur des malades sont habituellement peu concluantes. Certains malades « se sentent mieux » parce que d’autres ont prié pour eux, mais ils ne guérissent pas nécessairement. Plusieurs continuent à souffrir atrocement, d’autres encore meurent.

Lorsque nous disons : « Dieu a exaucé ma prière », nous voulons dire en fait : « J’ai obtenu ce que je voulais. » Mais qu’en est-il de nos prières ayant été « exaucées » d’une manière que nous n’aimons pas ou ne comprenons pas ? Ou d’une manière qui nous semble ne présenter que des mauvais côtés ?

 

 

Des changements féériques

 

 Par une belle journée d’automne, j’ai décidé de ramasser les feuilles tombées sur mon terrain. Tout en travaillant, j’ai remarqué que bien que venant du même arbre, ces feuilles éparpillées différaient en taille et en couleur. Il y avait là matière à réflexion ! Voici les leçons que j’en ai tirées.

L’automne nous invite à contempler la beauté en changement et à apprécier les différences. Après tout, n’est-ce pas toute la gamme des couleurs automnales qui crée un paysage spectaculaire ? Parfois, on retrouve plusieurs couleurs sur un même arbre. Cette merveilleuse symphonie de couleurs ravit nos yeux, illumine nos journées et réchauffe notre cœur.

Mais discernons-nous la beauté de nos frères et sœurs chrétiens qui diffèrent ou varient légèrement de nous ? Nous sommes tous issus d’un même arbre généalogique et avons un Père étonnamment créatif.

 

Que la lumière soit !

 

Ayant des affaires à régler dans une ville située à deux heures de chez moi, j’ai décidé de faire vérifier le système électrique de ma voiture dans un bon garage de l’endroit. En deux temps, trois mouvements, le mécanicien a trouvé ce qui clochait. Une heure plus tard, je reprenais la route, satisfait de ma journée.

Bien calé sur mon siège, l’esprit relax, je serais de retour à la maison dans moins de deux heures.

 

« N'aie pas peur »

 

Vera renrait de son travail au centre-ville par le service de transport en commun. Hélas, elle descendit accidentellement de l’autobus au mauvais arrêt. Il faisait déjà nuit, la rue était déserte. Vera n’eut d’autre choix que de rentrer à la maison à pied. Quelques moments plus tard, un homme en voiture s’approcha d’elle et lui cria des obscénités depuis sa fenêtre. Il remonta ensuite la rue, fit demi-tour et gara son véhicule. Il en descendit et se mit à la suivre. Alarmée, elle accéléra le pas, et il fit de même. Elle se mit à courir, et lui aussi. Ne sachant que faire d’autre, Vera s’arrêta, se tourna face à l’homme et s’écria : « Jésus, aide-moi ! » L’agresseur afficha soudain une expression de frayeur, retourna à sa voiture et s’enfuit sur-le-champ.

L’histoire de Vera me rappelle une autre sombre nuit où les disciples de Jésus étaient terrifiés. Leur bateau, balloté par une tempête épouvantable, était sur le point de sombrer. Ils se mirent à crier de frayeur. Cette histoire, que nous trouvons dans Marc 6.48-52 (BFC), nous enseigne ce que Jésus peut faire aujourd’hui lorsque nous luttons corps-à-corps avec les tempêtes de notre vie.